J’ai saisi le Ministre Abdelbaki BENZIANE en lui montrant à quel point l’Université Djilali Liabès (UDL) était, dans sa profonde vérité cachée, un lieu dédié à ce qu’il faut bien qualifier de Criminalité académique. Je l’ai saisi dès les lendemains de son installation, en juin 2020, et j’ai passé une grande partie de l’été à ne faire que lui écrire. Je l’ai fait avec la profonde conviction qu’il allait en être choqué et que sa première réaction allait être une grande colère contre le principal responsable visé par mes dénonciations.

Puis, à partir de fin septembre, et commençant à prendre conscience de la pathologique naïveté contenue dans ma conviction, j’ai cessé de le saisir par la forme classique. J’ai commencé à le faire, donc, par des lettres ouvertes, des écrits que je publiais sur Canalblog. Ainsi, en quelques mois, je lui ai adressé plus d’une quarantaine d’écrits. Ceci étant, je mets au défi Mr le Ministre de me trouver une seule université et un seul Recteur qui auraient fait l’objet de dénonciations aussi graves et aussi absolument non-démenties[1] (en plus d’avoir été faites en un temps si court).

La grande vérité : Dans tout pays soucieux de son université et de la valeur des diplômes (dont les Doctorats !) qu’elle délivre, le Ministre de tutelle aurait –dès mes premiers écrits- commencé par limoger le Recteur MEGHACHOU. Il aurait, ensuite, lancé des poursuites disciplinaires avec l’intention, très probablement, de le faire radier en tant qu’enseignant. Il l’aurait, enfin, poursuivi en justice.

Le drame : Le Ministre Abdelbaki BENZIANE a fait beaucoup plus grave que ne rien faire de tout ceci. Il est allé jusqu’à encourager[2] ledit Recteur à poursuivre sur la scandaleuse façon avec laquelle il a dirigé la malheureuse UDL.

La surprise : Plusieurs mois après avoir cessé –par exigence éthique et suite à une déprimante déception- de lui écrire, et après avoir observé (on ne peut plus nettement) l’encouragement offert à Mr MEGHACHOU, j’ai appris le très surprenant limogeage de ce dernier.

Raisons du limogeage (?) : Un collègue et ami m’a dit « Votre recteur a été limogé parce qu’à la veille du dernier remaniement ministériel, il s’est proposé[3] pour remplacer Mr BENZIANE ». Un autre a poursuivi « Et pour se venger, le Ministre l’a limogé en profitant de tes écrits ». Selon un autre collègue encore, le limogeage s’expliquerait par des raisons totalement économiques[4].

Enfin, étant certaine que mes écrits ne sont pour rien dans ce limogeage[5], je me demande ceci : Comment se peut-il que Mr BENZIANE, Ministre en charge de l’Université algérienne, ait pu être aussi absolument non-concerné[6] par aucun des massacres dont je l’ai informé ….et qui, tous, ont été commis contre cette même Université algérienne.

Face à tout ceci, pour conclure, le moins que l’on puisse dire n’est-il pas : FASCINANT MINISTRE ? 

F. Tlemsani


[1] Et pratiquement impossibles à démentir !

[2] Si Mr le Ministre veut que je sois plus explicite, je serai extrêmement peu avare en cette matière.

[3] Directement ou par responsables interposés.

[4] Je m’interdis d’en dire plus. En outre, ce limogeage aurait été ordonné au Ministre.

[5] Tout au mieux, ces écrits auraient été un simple prétexte au limogeage.

[6] Très important : Plus haut, j’ai dit que Mr BENZIANE a fait pire qu’être non-concerné.